Présentation

Cette journée d'études réunit différents regards ethnographiques, historiques ou archéologiques autour des formes de charger et de décharger dans le désert d'Atacama, dans l'entendu qu'il s'agit de deux opérations techniques singulièrement denses, essentielles, cosubtantielles à la vie dans le désert. On charge ou on décharge pour faire communiquer des systèmes techniques différents (on décharge un lama pour charger un camion, on décharge un camion pour charger un train ou un bateau, etc.) et ces séquences rendent visible cette hétérogénéité et cette pluralité de systèmes en coexistance. De même, ces opérations posent le problème des récipìents, conteneurs, sacs et autres codes (volume, poids, prix...) qui permettent de traduire ou communiquer la matière d'un sytème à l'autre et qui surecrivent, partiellement, contradictoirement, d'autres formes locales de comprendre, traiter et mésurer la nature (l'histoire de la diffusion du "sac" dans les Andes, par exemple, ou du kilo, sont des problèmes essentiels à une anthropologie de la nature). Du point de vue de l'histoire des téchniques, ce n'est pas non plus la même chose d'étudier une machine que la façon dont on la charge ou on la décharge, car c'est seulement alors qu'apparaît sa connexion au réel, sa concrétisation dans un espace physique, social et culturel donn. Il n'est pas très intéressant d'écrire l'histoire technique des camions ou des machines à vapeur dans le désert d'Atacama, car comme on n'y fabrique pas, elle ressemble assez à celle des autres coins du monde. Mais il en est tout autrement des formes de les charger et de les décharger, car ces opérations mobilisent une créativité technique singulière, une connaissance spécifique des milieux, un arrangement local d'acteurs, d'outils et de gestes techniques natifs qui rendent possible une histoire, une anthropologie ou une archéologie de leur fonctionnement. Aussi, ces points de charge et de décharge constituent les points les plus politiques du système; c'est en ces points que se développent les douanes et la contrebande, l'état et les grèves, des surveillants et des surveillés, la balance et le vol, etc.   

La journée d'étude se structure autour de trois types de paysages culturels du désert d'Atacama, le littoral sur l'océan Pacifique, l'hinterland minier et la Puna sur les plateaux andins.

Cette réunion est organisé dans le cadre du programme ANR "Mécaniques Sauvages. Le fait mécanique dans les sociétés amérindiennes du Chaco et de l'Atacama (1850-temps présent)" et du programme IRP ATACAMA Sciences humaines et sociales en territoire minier du Centre de recherches et documentation sur les amériques, CREDA UMR 7227, CNRS-Université Sorbonne Nouvelle. 

Organisent : Nicolas Richard (CNRS CREDA UMR7227), Jimena Obregón (U Rennes, ERIMIT), Héctor Morales (Universidad de Chile FACSO), Benjamin Ballester (Université Paris1, ARSCAN)

Organisent

                                                       

                                                  

 

 

Maison des Sciences de l'Homme de Bretagne

e
Personnes connectées : 1